Le diagnostic : Le moment où tout bascule

Je me suis levée ce matin-là avec la peur au ventre. Une semaine auparavant nous avions été convoqués par l’équipe du <Early intervention = intervention précoce> qui avait retenu notre fils en raison de son retard de langage, pour discuter de son progrès. Éventuellement ils nous ont fait savoir qu’il allait passer le test de l’autisme la semaine d’après, histoire d’éliminer l’éventualité. On avait alors reçu des brochures censées nous expliquer ce qu’est l’autisme. Nous n’avons pas osé lire ce qui nous paraissait inutile puisque à la base notre enfant n’avait qu’un retard de langage, était très agité et avait du mal à dormir la nuit.

À l’issue du test, Il était maintenant évident et surtout le psychologue nous l’a dit : votre fils est autiste, avez-vous lu les brochures? avez-vous des questions? comment vous sentez vous? … Il sera suivi par nos services et ceux jusqu’a l’âge de 6 ans.

Pour un départ nous recommandons qu’il soit scolarisé dans un établissement spécialisé parce qu’il ne pourra pas s’en sortir dans un établissement classique. N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez la moindre question>.

Aura t'il une vie normale? Pourra t'il se marier? fonder une famille?

Tout avait désormais basculé, et en un instant notre vie avait changé, et là les questions fusaient de toutes parts.

  • Qu’allait-il se passer maintenant?
  • Que devions-nous faire?
  • ou devions-nous aller?
  • Qui contacter?
  • Comment s’y prendre? Sur le moment, j’ai été submergée par un grand sentiment de culpabilité.

Je me sentais coupable. Coupable de n’avoir pas été à la hauteur, qu’avais je fais? où surtout pas fais? Qu’avais je mangé pendant ma grossesse? Avais je respecté toutes les prescriptions des médecins? Peut-être le stress? peut-être ce repas suspect que j’avais mangé ? peut-être ce monsieur qui fumait devant moi à l’arrêt du bus? ou cette dame qui m’avait bousculé à la sortie du train? peut-être mon accouchement par césarienne? ça n’en finissait pas une chose était certaine, j’étais coupable.

 

Le diagnostic n'a pas changé notre enfant, il l'a juste dévoilé.

Les lendemains étaient difficiles, il fallait changer d’approche dans l’éducation que nous donnions à notre enfant. Garder en mémoire qu’en fait il n’avait pas changé, nous avions juste (je pense malgré nous) ouvert les yeux. Il ne fallait pas se laisser aller, sécher les larmes, se relever. Nous devions être forts pour lui, pour notre famille.

Notre combat a réellement débute à cet instant où nous avons décidé de se relever, de surmonter la gueule de bois, de se battre pour lui, notre fils qui méritait le ciel et les étoiles. Il fallait faire quelque chose tout de suite.

Mais quoi….

N’hésitez pas à partager votre expérience personnelle. Comment et à quel moment avez-vous reçu le diagnostic?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *